Job 19

Bible du Semeur

Et Job répondit : Jusques à quand me tourmenterez-vous ? Oui, jusqu'à quand allez-vous m'accabler de vos discours ? Voilà déjà dix fois que vous me flétrissez ! N'avez-vous donc pas honte de m'outrager ainsi ? Même s'il était vrai que j'aie fait fausse route, après tout, c'est moi seul que mon erreur concerne. Quant à vous, si vraiment vous voulez vous montrer bien supérieurs à moi, si vous me reprochez mon humiliation, sachez bien que c'est Dieu qui a violé mon droit et qui, autour de moi, a tendu ses filets. Si je crie à la violence dont je suis la victime, personne ne répond, si j'appelle au secours, il n'est pas fait justice. Il a bloqué ma route, et je ne puis passer. Il a enveloppé mes sentiers de ténèbres. Il m'a ravi ma dignité, et la couronne de ma tête il l'a ôtée. 10 Il m'a détruit de tous côtés et je vais disparaître. Il a déraciné mon espoir comme un arbre. 11 Contre moi, il déchaîne le feu de sa colère, et il me considère comme son adversaire. 12 Ses bataillons, ensemble, se sont tous mis en route, et jusqu'à moi ils se sont frayé leur chemin, ils ont dressé leur camp autour de ma demeure[1]. 13 Il a fait s'éloigner de moi ma parenté et ceux qui me connaissent se détournent de moi. 14 Mes proches m'ont abandonné, mes connaissances m'ont oublié. 15 Les gens de ma maison et mes propres servantes font comme si j'étais un étranger. Je ne suis plus pour eux qu'un inconnu. 16 J'appelle mon esclave, et il ne répond pas, même si je l'implore. 17 Mon haleine répugne à ma femme elle-même, et les fils de ma mère me prennent en dégoût. 18 Les petits enfants même me montrent leur dédain[2] : quand je veux me lever, ils jasent sur mon compte. 19 Ils ont horreur de moi, tous mes amis. Ceux que j'aimais le plus se tournent contre moi. 20 Ma peau colle à mes os de même que ma chair et je n'ai survécu qu'avec la peau des dents[3]. 21 Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous, du moins, mes amis ! Car, la main de Dieu m'a frappé. 22 Pourquoi vous acharner sur moi, tout comme Dieu ? N'en avez-vous donc pas assez de me persécuter ? 23 Oh ! si quelqu'un voulait consigner mes paroles ! Si quelqu'un voulait bien les graver dans un livre ! 24 Que d'une pointe en fer ou d'un stylet de plomb[4], elles soient incisées pour toujours dans le roc ! 25 Mais je sais, moi[5], que mon Défenseur est vivant : il se lèvera sur la terre pour prononcer le jugement[6]. 26 Après que cette peau aura été détruite, moi, dans mon corps[7], je contemplerai Dieu. 27 Oui, moi, je le verrai prendre alors mon parti[8], et, de mes propres yeux, je le contemplerai. Et il ne sera plus un étranger pour moi[9]. Ah ! mon cœur se consume d'attente au fond de moi. 28 Vous qui vous demandez : « Comment allons-nous le poursuivre ? » et qui trouvez en moi la racine du mal, 29 craignez pour vous l'épée, car votre acharnement est passible du glaive. Ainsi vous apprendrez qu'il y a bien un jugement.