Website too slow? Load as basic HTML.

Song of Solomon 2

Bible du Semeur

1 « Moi, je suis une fleur qui pousse dans la plaine du Saron[1], un lis de la vallée. » 2 « Oui, comme un lis parmi des ronces est mon amie parmi les filles. » 3 « Comme un pommier parmi les arbres de la forêt est mon ami parmi les jeunes gens, j'ai grand plaisir à m'asseoir à son ombre. Combien son fruit est doux à mon palais. 4 Il m'a conduite dans la maison du vin[2] et il a déployé sur moi, l'étendard[3] de l'amour. 5 Restaurez-moi avec des gâteaux de raisins, soutenez-moi avec des pommes, car je suis malade d'amour. 6 Son bras gauche soutient ma tête, et son bras droit m'enlace. 7 O filles de Jérusalem, oh, je vous en conjure par les gazelles ou par les biches de la campagne : n'éveillez pas, non, ne réveillez pas l'amour avant qu'il ne le veuille[4]. 8 « J'entends mon bien-aimé, oui, le voici, il vient, sautant sur les montagnes et bondissant sur les collines. 9 Mon bien-aimé ressemble à la gazelle ou à un jeune cerf. Le voici : il est là, derrière notre mur, guettant par les fenêtres et lançant des regards à travers les treillis. 10 Mon bien-aimé me parle, et il me dit : "Lève-toi, mon amie, viens donc, ma belle, 11 car l'hiver est passé et les pluies ont cessé, leur saison est finie. 12 On voit des fleurs éclore à travers le pays, et le temps de chanter est revenu. La voix des tourterelles retentit dans nos champs. 13 Sur les figuiers, les premiers fruits mûrissent[5]. La vigne en fleur exhale son parfum[6]. Lève-toi, mon amie, et viens, oui, viens, ma belle." 14 Ma colombe nichée aux fentes du rocher, cachée au plus secret des parois escarpées, fais-moi voir ton visage et entendre ta voix, car ta voix est bien douce et ton visage est beau. 15 Prenez-nous les renards[7], oui, les petits renards qui ravagent nos vignes quand elles sont en fleur. 16 Mon bien-aimé, il est à moi, et moi, je suis à lui, lui qui paît son troupeau sur les prés pleins de lis[8]. 17 Et quand viendra la brise à la tombée du jour, et quand s'estomperont les ombres, reviens, ô toi mon bien-aimé, pareil à la gazelle ou à un jeune faon sur les monts escarpés[9].