Aide

Bible du Semeur

Job évoque sa condition présente

1 Mais hélas, aujourd'hui me voilà la risée de gamins dont les pères étaient si méprisables que je n'aurais daigné les mettre avec mes chiens pour garder mon troupeau.
2 D'ailleurs, qu'aurais-je fait des efforts de leurs bras ? Leur vigueur s'en allait :
3 épuisés par la faim et par les privations, ils rôdaient dans la steppe lugubre et isolée.
4 Ils arrachaient l'herbe salée1 au milieu des buissons, ils prenaient les racines du genêt comme pain.
5 Ils ont été chassés du milieu de leur peuple2, on criait après eux comme après des voleurs.
6 Ils hantaient les cavernes au flanc des précipices, ils logeaient dans des grottes ou des trous de la terre.
7 Au milieu des épines retentissaient leurs cris, ils se couchaient à l'abri des broussailles.
8 Ces êtres insensés et innommables ont été refoulés hors du pays.
9 Me voici devenu l'objet de leurs chansons, celui dont tous se moquent.
10 Ils ont horreur de moi, et s'éloignent de moi, ou bien, sans hésiter, me crachent au visage.
11 Car il a détendu la corde de mon arc, et il m'a humilié. Aussi n'ont-ils plus envers moi la moindre retenue.
12 Ils sont nombreux, à ma droite, ils se lèvent3 et me font lâcher pied, ils se fraient un accès jusqu'à moi pour me perdre.
13 Ils coupent ma retraite, travaillant à ma ruine, sans avoir besoin d'aide.
14 Ils arrivent sur moi par une large brèche, et ils se précipitent au milieu des décombres.
15 La terreur m'envahit, ma dignité s'évanouit ; comme en un coup de vent, mon bonheur a passé, chassé comme un nuage.
16 Et maintenant, ma vie s'échappe4. Car des jours d'affliction ont fondu sur mon être.
17 La nuit perce mes os, je suis écartelé, et le mal qui me ronge ne prend pas de repos.
18 Avec toute sa force, il s'agrippe à mon vêtement5, comme un col, il m'enserre.
19 Dieu m'a précipité au milieu de la fange, et je ne vaux pas mieux que poussière et que cendre.
20 De mes cris je t'implore, et tu ne réponds pas. Je me tiens devant toi et tu ne fais rien d'autre que de me regarder.
21 Que tu es devenu cruel à mon égard ! De ta main vigoureuse, tu t'acharnes sur moi !
22 Tu m'as fait enlever sur les chevaux du vent, et tu me fais tanguer au sein de l'ouragan.
23 Je ne le sais que trop : tu me mènes à la mort, au lieu de rendez-vous de tout être vivant.
24 Mais celui qui périt n'étend-il pas la main ? Celui qui est dans le malheur ne crie-t-il pas ?
25 Je pleurais autrefois avec ceux dont la vie est dure, et je compatissais à la peine du pauvre.
26 J'espérais le bonheur, et le malheur est arrivé, j'attendais la lumière et les ténèbres sont venues.
27 Tout mon être intérieur bouillonne sans relâche. Des jours d'humiliation sont venus m'affronter.
28 Je m'avance, l'air sombre, et sans voir le soleil. Au milieu de la foule je me dresse et je hurle.
29 C'est comme si j'étais un frère du chacal ou un compagnon de l'autruche6.
30 Ma peau noircit sur moi, mes os sont consumés par le feu de la fièvre.
31 Ma lyre ne sert plus que pour des airs funèbres, ma flûte n'accompagne que le chant des pleureurs.
1 30.4 Cette herbe salée est parfois identifiée à l'arroche qui pousse sur les rives de la mer Morte.
2 30.5 A cause des méfaits qu'ils ont commis.
3 30.12 Pour accuser Job. L'accusateur se place à la droite de l'accusé au tribunal (Ps 109.6 ; Za 3.1).
4 30.16 Autre traduction : je me lamente sur moi-même.
5 30.18 il s'agrippe à mon vêtement : d'après l'ancienne version grecque ; le texte hébreu traditionnel a : Dieu devient pour moi comme un vêtement.
6 30.29 En faisant entendre des cris qui ressemblent à ceux de ces animaux ; même image en Mi 1.8.
© 2017 ERF Medien