Song of Solomon 1

Bible du Semeur

1 Le plus beau des chants, composé par Salomon[1]. 2 « Ah ! que ta bouche me couvre de baisers, car ton amour est plus exaltant que le vin. 3 Combien suaves sont tes parfums, ton nom est comparable[2] à une huile odorante qui se répand. Voilà pourquoi les jeunes filles sont éprises de toi. 4 Entraîne-moi derrière toi ! Courons ensemble ! » « Le roi m'a fait entrer dans ses appartements. » « Réjouissons-nous, soyons dans l'allégresse à ton sujet ! Célébrons ton amour plus exaltant que le bon vin ! C'est bien avec raison qu'on est épris de toi. » 5 « O filles de Jérusalem[3], je suis bronzée, et pourtant, je suis belle, pareille aux tentes de Qédar[4], aux tentures de Salomon. 6 Ne vous étonnez pas si je suis bien brunie, le soleil m'a hâlée, car les fils de ma mère, irrités contre moi, m'ont fait garder les vignes, oui, mais ma vigne à moi, je ne l'ai pas gardée. 7 O toi que mon cœur aime, dis-moi où tu fais paître ton troupeau de brebis, où tu feras la halte à l'heure de midi, pour que je ne sois pas comme une femme errante[5], rôdant près des troupeaux que tes compagnons gardent. » 8 « Si tu ne le sais pas, ô toi, la plus belle des femmes, va donc suivre les traces du troupeau de brebis, fais paître tes chevrettes près des huttes des pâtres. » 9 « O mon amie, je te trouve pareille aux chevaux d'attelage du pharaon[6]. 10 Tes joues sont belles entre les perles, ton cou est beau dans tes colliers, 11 nous te ferons des perles d'or tout incrustées de points d'argent. » 12 « Jusqu'à ce que le roi parvienne à son enclos[7], mon nard[8] exhale son parfum. 13 Car mon bien-aimé est pour moi comme un sachet de myrrhe, entre mes seins[9] il passera la nuit. 14 Oui, mon bien-aimé est pour moi un bouquet de henné[10] des vignes d'Eyn-Guédi[11]. » 15 « Que tu es belle, ma bien-aimée, que tu es belle ! Tes yeux ressemblent à des colombes. » 16 « Que tu es beau, mon bien-aimé, tu es superbe ! Notre lieu de repos est un lit verdoyant. 17 Les solives de nos maisons, ce sont les cèdres, et les cyprès sont nos lambris. »